Rencontre olympique: une soirée mémorable

En collaboration avec La Presse.

Le 22 mars dernier, une conférence a été organisée par La Presse à l’Astral, à Montréal, et plusieurs médaillés olympiques participaient à cette soirée, animée par le chroniqueur sportif Philippe Cantin. La patineuse de vitesse, Kim Boutin, la joueuse de hockey, Mélodie Daoust, la skieuse acrobatique, Justine Dufour-Lapointe, et le patineur de vitesse, Samuel Girard, étaient présents. Le chroniqueur Yves Boisvert et la chef de mission de la délégation canadienne, Isabelle Charest y étaient également. 

Le contexte des Jeux olympiques 2018

Plusieurs semaines avant le début des Jeux olympiques d’hiver 2018, il n’était pas assuré d’en avoir, en raison de la situation géopolitique entre les Corées du Nord et du Sud. Les essais nucléaires et les menaces se faisaient nombreux, de la part du président de la Corée du Nord, Kim Jong-un. Le monde s’attendait à ce qu’il ait une ambiance militaire.

Cependant, ce ne fut pas le cas. Le dirigeant nord-coréen a accepté d’envoyer ses athlètes et durant la cérémonie d’ouverture, une délégation unifiée des deux Corées est rentrée dans le stade sous le même drapeau. « C’était un moment extraordinaire», a mentionné au cours de la conférence, le journaliste sportif, Philippe Cantin, qui était présent dans le stade.

Selon le chroniqueur Yves Boisvert présent aux Jeux, la population locale était accueillante et tout était bien organisé, ce qui est paradoxal, comparativement à plusieurs semaines avant la quinzaine olympique, alors que la tenue des éventuels jeux était encore remise en question.

L’encadrement des athlètes

Au cours de cette aventure, la délégation canadienne était bien encadrée, avec de nombreux nutritionnistes, préparateurs physiques et mentales, mais surtout, il y a une personne importante pour soutenir les représentants, telle que la chef de mission. Celle qui a occupé ce rôle au cours de cette édition des Jeux olympiques, est l’ancienne patineuse de vitesse, Isabelle Charest. Son rôle était en quelque sorte d’être la porte-parole ou la capitaine de la délégation canadienne. Elle devait d’une certaine manière donner son point de vue quand il y avait des décisions importantes à prendre, ayant comme enjeu l’athlète, par exemple dans le cas d’un retour à la compétition suite à une blessure ou lorsque vient le temps de choisir qui sera le porte-drapeau à la cérémonie de clôture.

Des Jeux olympiques remplis d’émotions

Justine D-L_Kim Boutin
Justine Dufour-Lapointe et Kim Boutin. Crédits photos: La Presse.

Les parcours olympiques sont différents d’un athlète à un autre. Il peut y avoir du succès et de la fierté, comme il peut y avoir de la déception. Or, pour la patineuse de vitesse Kim Boutin, son séjour à PyeongChang a été rempli d’émotions. L’athlète native de Sherbrooke a remporté trois médailles olympiques; deux de bronze et une d’argent. Cependant, c’était à la suite de sa médaille de bronze gagnée au 500 mètres à la suite d’une disqualification d’une patineuse sud-coréenne que ses premiers jeux ont pris une tournure totalement différente, ayant reçu de nombreuses menaces de mort sur les réseaux sociaux.

La Sherbrookoise raconte qu’elle était très bien entourée au sein de l’équipe canadienne et que c’est grâce à la solidarité de l’équipe de patinage de vitesse courte piste qu’elle a pu garder ses émotions et rester authentique tout au long de sa première expérience olympique. Kim Boutin a fait vivre d’un océan à l’autre, de grandes émotions et elle a pu terminer sa première aventure olympique en ayant eu l’honneur d’être la porte-drapeau lors des cérémonies de clôture.

La skieuse acrobatique, Justine Dufour-Lapointe, a également vécu de fortes émotions au cours des derniers Jeux olympiques d’hiver. Son année pré-olympique n’a pas été facile, surtout avec le fait que ses soeurs Maxime et Chloé ont dû s’occuper de leur mère, qui a été atteinte d’un cancer duquel elle est maintenant guérie. Durant le temps que Justine a eu besoin de prendre soin de sa mère, ce fut difficile pour elle, en tant qu’athlète de garder sa concentration lors de ses différentes compétitions sur la scène internationale. Pendant les Jeux olympiques toutefois, elle a profité du moment présent et selon elle, la médaille d’argent qu’elle a remportée, fut celle de la famille, la récompense suite à une année difficile.

Un parcours hors du commun

MélodieD_SamuelG
Mélodie Daoust et Samuel Girard.       Crédits photos: La Presse.

Ne pas faire partie d’Équipe Québec à 13, 14, 15 et 16 ans, pour finalement se retrouver double médaillée olympique au hockey sur glace féminin, ce n’est pas commode, mais, c’est le cas de la joueuse de hockey, Mélodie Daoust. Native de Valleyfield, Daoust a un parcours hors du commun.

Lorsque ses coéquipières et elle sont arrivées en Corée du Sud, l’ambiance à l’intérieur de l’équipe était en pleine confiance, l’esprit de camaraderie était fort présent.

L’équipe canadienne s’est inclinée en tirs de barrage face aux États-Unis, en finale. Selon la numéro 15 de l’équipe canadienne, perdre en bris d’égalité de la sorte est l’équivalent de faire pile ou face.

Malgré la déception, elle se dit très fière de ses coéquipières pour la récolte de la médaille d’argent.Mélodie Daoust se dit avoir atteint à le summum en faisant partie une deuxième de la formation canadienne. D’ailleurs, c’est grâce à la passion de son sport qu’elle a persévéré et qu’elle a pu atteindre les plus hauts standards. Elle a d’ailleurs été nommée joueuse par excellence du tournoi olympique de hockey féminin, rien de moins.

Un début de carrière impressionnant

À 21 ans, Samuel Girard a marqué les Jeux olympiques de PyeongChang à sa façon. Avec ses médailles d’or au 1000 mètres en patinage de vitesse et de bronze au relais sur une distance de 5000 mètres, la fierté de Ferland-Et-Boileau a impressionné les partisans. Selon lui, sa plus grande force est de pouvoir s’adapter facilement à toutes les compétitions auxquelles il participe.

Depuis quatre ans, son objectif premier était juste de pouvoir se rendre en Corée du Sud. Pour lui, simplement d’être était un exploit, il ne voulait que vivre l’ambiance olympique et l’ampleur des Jeux. Samuel Girard garde d’excellents souvenirs de sa première expérience. Apprendre à connaitre les autres athlètes et avoir pu vivre cette quinzaine avec sa conjointe, Kassandra Bradette, qui est également une patineuse de vitesse, ont rendu sa première aventure olympique encore plus mémorable.

Au cours des derniers Jeux olympiques, le Canada a remporté 29 médailles, la plus grande récolte dans l’histoire du pays. Les prochains Jeux olympiques d’hiver auront lieu en 2022, à Pékin, en Chine.

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.